Cimetière de Kintambo : une femme s’effondre devant l’état de la tombe de son mari

Par

Boye te, boye te, boye te (Pas ainsi, pas comme ça, ndlr). Trop c’est trop“, sanglote Françoise, la soixantaine, accompagnée de ses trois grandes filles ce 1er août 2019, journée consacrée à de la fête des parents. Et, c’est aussi l’occasion pour les familles de se recueillir devant la tombe de leurs proches disparus.

Les pleurs de cette femme ne sont pas provoqués par les souvenirs douloureux de la disparition de son mari, il y a cinq ans mais par l’état dans lequel se trouve sa tombe. La dalle de ce sépulcre s’est effondrée pour la deuxième fois. ” L’année passée, on nous avait dit que c’est des kuluna (gangs) qui l’avaient détruite pendant une scène de bagarre. On a réparé. Et maintenant on vient encore trouver les mêmes dégâts “, se plaint-elle à qui voulait bien l’entendre.
A voir de près, la qualité de l’ouvrage n’est pas gage de solidité. Il se pourrait qu’il se soit effondré par la charge des passants. En effet, le cimetière de Kintambo n’offre aucun espace pour le passage des piétons. Il faut enjamber les tombes pour circuler dans le cimetières.
Françoise craint le pire : que l’on enterre un autre cadavre à la place de son défunt mari. Un crainte fondé d’autant plus cette pratique est fréquente au cimetière de Kintambo qui continue d’accueillir des corps malgré qu’il soit officiellement fermé.

SN

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
12 + 2 =


Ça Pourrait Vous Intéresser