Coronavirus oblige : les travaux du parlement en veilleuse

Par

Le palais du peuple est quasiment vide aujourd’hui alors que la session ordinaire de mars a été ouverte le lundi 16 mars dernier. Selon des informations recueillies sur place, les bureaux des deux chambres du parlement ont décidé de durcir les mesures visant à contrer la propagation de la pandémie du coronavirus. C’est ce qui justifie ce silence au palais du peuple. Il faut y ajouter sans doute la pluie qui s’est abattue sur la capitale congolaise durant toute la matinée. Les bureaux de l’assemblée nationale et du sénat ont estimé nécessaire d’ajuster les mesures annoncées mardi dernier dans la journée en fonction de celles rendues publiques par le président de la République tard la soirée du même mardi, a-t-on appris des mêmes sources.
On a ainsi appris de sources informées qu’un service minimum est mis en place pour assurer la continuité des services. Dans l’administration, ce sont une centaine d’agents qui ont été retenues, soit une cinquantaine pour chaque chambre. Cette décision a été prise pour notamment limiter la concentration des gens au palais du peuple. Ce dernier accueille généralement tous les jours au moins 1000 à 2000 personnes, surtout en période de session parlementaire.

Quant aux travaux du parlement, ils sont suspendus pendant les quatre semaines à compter du 19 mars. Ce n’est donc plus le 05 avril prochain que les députés et sénateurs vont retrouver le palais du peuple.
Il sied de signaler que les membres du bureau des deux chambres vont continuer à assurer plus ou moins normalement leurs charges, tout en respectant les consignes édictées pour éviter la contagion au coronavirus. C’est ainsi que toutes les audiences auprès des membres des deux bureaux sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.
On rappelle que mardi dernier, le président Félix Tshisekedi a annoncé un certain nombre de mesures pour contrer la propagation de la pandémie du coronavirus. Parmi elles, la suspension des vols internationaux en provenance des pays à risque à l’exception des vols cargo pour le fret ; la suspension des cours dans les écoles et universités ; la suspension des cultes ; l’interdiction d’organisation des deuils dans les salles et domiciles ; l’interdiction de rassemblements dans les lieux publics de plus de vingt personnes ; la fermeture des débits de boissons, cafés et restaurants ; le contrôle de mouvements des populations de Kinshasa vers l’intérieur du pays…

Ces mesures seront d’application, selon le cas, pendant 4 semaines ou jusqu’à nouvel ordre. Elles pourront être prolongées ou abrégées en fonction de l’évolution de la pandémie dans le pays, qui compte ce matin du 20 mars 2020, une vingtaine de cas confirmés de personnes atteintes de coronavirus.

Mona Kumbu

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
26 + 17 =


Ça Pourrait Vous Intéresser