in , ,

Gédéon Kyungu et ses miliciens, une gangrène à éradiquer

Les «Bakata Katanga», une milice pilotée par le repris de justice Gédéon Kyungu, ont encore frappé à Lubumbashi durant près de 24 heures, vendredi et samedi. Les forces de l’ordre et l’armée sont parvenues à les mettre, une fois de plus, en déroute.

Lubumbashi est calme, dit-on, mais les Lushois ont eu très peur. Une fois de plus, une fois de trop. Des morts, des blessés pour rien, inutiles pour des visées pas claires. Attaquer les symboles de la République, relève de quelle logique, pour quelle finalité? Voulaient-ils simplement impressionner l’opinion ou cherchaient-ils à prendre le pouvoir? Quel pouvoir? Provincial ? Voulaient-ils contraindre les Congolais, les autres Congolais, à courber la tête face à leurs idées funestes de sécession du Katanga? A qui veulent-ils imposer ces idées funestes ? Aux Katangais? Ces derniers sont-ils prêts à suivre Gédéon Kyungu et ses hommes dans cette entreprise macabre, séparatiste?

On ne le saura peut-être jamais. Les Katangais eux-mêmes semblent s’accomoder, ce n’est qu’une vague impression, de cette situation. Des miliciens illuminés font régulièrement des incursions dans Lubumbashi. Ils tuent. Ils sont finalement défaits par l’armée et la police. Ils remettent ça des mois plus tard sans que les «grands» Katangais ne s’en émeuvent outre mesure. Est-ce la loi de l’omerta qui joue ici? Ou soutient-on, sans le dire publiquement, les visées séparatistes de ces illuminés assoiffés de sang?

Il est grand temps que les institutions de la République fassent la lumière sur les visées de cette milice dont le chef «gracié» des crimes graves a disparu dans la nature depuis des mois et dont les affidés font mal aux populations. Face aux «Bakata Katanga», l’armée et la police doivent être dans l’action et non la réaction. Des miliciens apparemment sans armement sophistiqué ne doivent pas continuer à défier l’État en distribuant gratuitement la mort dans la seconde ville du pays. Trop, c’est trop.

Le gouvernement ne peut non plus se contenter de gérer cette affaire comme s’il ne s’agissait que d’actes de banditisme. Aucune déclaration officielle entendue à ce sujet. Le président de la République, le premier ministre, les ministres de la défense et de l’intérieur, le porte-parole du gouvernement restent muets. Oui, l’armée et la police ont fait le travail pour mettre hors d’état de nuire cette milice, mais pour combien de temps? Dans quelques mois, les mêmes hommes de la même milice de malheur ne vont-ils pas refaire ça? Trop, c’est vraiment trop, surtout que ces fameux miliciens ont hissé le drapeau d’un groupe connu comme séparatiste, indépendantiste.

N’tombo Lukuti

What do you think?

Written by Lisapo

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Vote de la loi sur l’accès à l’information publique : l’État congolais appelé à s’impliquer

“Aujourd’hui, il y a une dynamique favorable à la paix dans la région des grands lacs”