Gouvernement Ilunga 1 : Ruberwa, Mbikayi et Luhaka gâchent la fête

Par

C’est aux aurores de ce début de semaine que les Congolais ont découvert les ministres du premier gouvernement Félix Tshisekedi – Sylvestre Ilunga.

Première satisfaction : beaucoup de nouvelles têtes et des postes de grande importance aux femmes. Élysée Munembwe au plan, Acacia Bandubola à l’économie nationale et Tumba Nzeza aux affaires étrangères. Des personnalités n’ayant jamais participé à un gouvernement sont majoritaires dans cette équipe, à hauteur de 76% des 65 membres de l’équipe. Félix Tshisekedi aura réussi sur ce plan. Par contre, pas de Bahati Lukwebo, ni de Néhémie Mwilanya ou Moïse Ekanga, les trois personnalités qui posaient problème aux partenaires de la coalition au pouvoir.

On ne retrouve pas non plus les caciques du FCC comme Evariste Boshab, Emmanuel Ramazani Shadary, Aubin Minaku, Lambert Mende, Barnabe Kikaya, Henri Mova, Léonard She Okitundu… Par ailleurs, Félix Tshisekedi n’a pas voulu ou pas pu placer quelques uns de ceux qui ont rejoint CACH ou qui lui ont apporté leur soutien lors de la campagne pour la présidentielle. Pas de Tryphon Kin Kiey. Pas de Mbusa Nyamwisi. Pas de Claudel Lubaya. Pas de Delly Sessanga. Pas non plus de Laurent Batumona dans le gouvernement.

Quelques personnalités controversées gâchent tout de même la fête. En tête: Azarias Ruberwa. Le chef de file du RCD, ancien vice-président de la République sous la formule 1+4, déjà ministre de la décentralisation sous Bruno Tshibala, occupe le même poste. Nombreux trouvent suspecte cette reconduction pour des raisons liées aux conflits latents et même ouverts dans les localités de Minembwe et Fizi dans le Sud-Kivu où les appétits de certaines communautés sont jugés gloutons. Azarias Ruberwa est en définitive perçu comme pas suffisamment neutre, même si on lui reconnaît des compétences avérées. Le voir à un autre poste que celui de la décentralisation aurait pu calmer la colère de tous ceux qui lui trouvent trop d’attaches avec un pays voisin de l’est du pays.

Outre Azarias Ruberwa, nombre d’observateurs se disent étonnés, pour ne pas dire déçus, de revoir Thomas Luhaka dans le nouveau gouvernement. Même s’il n’occupe pas le même poste des travaux publics et infrastructures, Thomas Luhaka est tout de même perçu comme ayant largement échoué à offrir de bonnes routes au pays. Il traîne derrière lui le contentieux sur quelques travaux d’infrastructures inachevés. Les observateurs notent également avec étonnement la présence de Steve Mbikayi dans ce gouvernement. Avec un bilan controversé pour ne pas dire plus à l’enseignement supérieur et universitaire dans le gouvernement Tshibala, on ne voit pas sur base de quel mérite Steve Mbikayi est maintenu dans l’exécutif national. Sans doute que son opposition à Bahati Lukwebo dans l’affaire FCC – Afdc/A a payé. Prime à la trahison, diraient certains à tort ou à raison. Prime également à Nene Nkulu Ilunga, qui fait aussi son entrée au gouvernement dans le quota Afdc/A.

FMK

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
27 ⁄ 9 =


Ça Pourrait Vous Intéresser