in ,

Gouvernement : Vivement un homme de culture à la tête du ministère de la Culture et des Arts

La culture est un des  leviers du développement socio- économique de la RDC.  C’est ainsi que le Collectif des Artistes et Culturels (CAC) réclame un homme du domaine à la tête du Ministère de la culture et des Arts. C’est en tout cas le vœu du Coordonnateur provisoire du CAC, Ngoie Kabongo Paul Le Perc. Le percussionniste, opérateur culturel et organisateur du festival Jafrozz, s’est confié à Lisapo. Entretien.
Les professionnels de la Culture et des arts ont déposé un mémorandum au chef de l’Etat Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le vendredi 1er février 2019. Neuf principales revendications figurent dans le mémo du Collectif des Artistes et Culturels, CAC. «  Lors de la formation du gouvernement, on nomme souvent  des gens qui ne nous  comprennent pas. Nous ne voulons plus dun stagiaire à la tête du Ministère de la Culture et des Arts. Notre Ministère est technique. Nous voulons une personne qui vient de notre milieu », déclare Ngoie Kabongo Paul Le Perc, du CAC. Et d’ajouter, « Nous avons besoin d’une personnalité qui maitrise les rouages de la culture congolaise et qui saura mieux nous défendre, et faire en sorte quon accorde un budget conséquent au Ministère.»  Avec un bon investissement dans le secteur,  la culture peut générer d’énormes ressources au pays  au même titre que les minerais. La problématique de la gestion des droits d’auteurs est aussi reprise dans le mémorandum. Les artistes congolais aimeraient jouir des fruits de leurs œuvres et être protégés. A ce titre, la gestion des droits d’auteurs, la restructuration de la SOCODA  et la création d’un système de cotisation sociale spécifiques aux artistes sont autant des revendications des artistes et autres hommes de culture. Les infrastructures culturelles doivent être réhabilitées pour le renouveau de la culture congolaise. Dans son mémorandum, le collectif demande au Ministère d’organiser les Assises pour élaborer une nouvelle politique culturelle en RDC en rapport avec le développement du pays.
Le Coordonnateur provisoire du CAC a dressé le portrait-robot du Ministre de la Culture et des Arts : il doit être un culturel, un visionnaire et un bon gestionnaire. Et de nous expliquer que « seul un vrai visionnaire à la tête de ce Ministère peut valoriser et défendre cette nouvelle vision des artistes et culturels ». Beaucoup de décisions ou lois dans le secteur culturel ne sont pas souvent appliquées. Le collectif s’appuiera sur les quatre artistes qui viennent d’être élus à l’Assemblée nationale pour changer les choses. « Nous comptons maintenant sur les 4 artistes que nous avons au parlement pour nous aider à élaborer des bonnes propositions de loi pour l’éclosion de la culture congolaise et des artistes », a dit Le Perc.

L’idée de la création d’un collectif des artistes et culturels a germé en juillet 2018. Un forum a été organisé un mois plus tard sur le thème -Réveil culturel face aux enjeux de l’heure-. Les artistes ont parlé des droits d’auteurs, relations avec les médias ainsi que des élections. Ils se sont engagés pour soutenir les leurs aux élections. Le souhait est de voir Gouvernement, Parlement et artistes travailler ensemble  pour le bien- être de la culture Congolaise.

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

[Exclusif] Revoici «Django», la terreur de Kinshasa des années 70-80, reconverti en serviteur de Dieu

Des francs congolais vendus contre des francs congolais