Grèce : un jeune migrant congolais décède à l’entrée du camp de Malakassa

Par

Le jeune Moze Karl Bula Bula dit “Arafat” pour les intimes, de nationalité congolaise a trouvé la mort, le 13 mai dernier, dans des circonstances tragiques. C’était à Malakassa dans la banlieue d’Athènes, en Grèce à quelques mètres de l’entrée d’un camps de réfugiés.

Selon, l’unique témoin présent lors de cet incident, un véhicule de la police grecque serait à la base de ce décès. Aux alentours de 21 heures le 12 mai 2020, Arafat rentrait au camp, accompagné d’une amie camerounaise, réfugiée dans le même camp.

D’après le témoignage de la jeune femme, un 4×4 de la police grecque qui passait de l’autre côté de la route s’est arrêté. Ensuite, cet engin meurtrier a fait demi-tour et a foncé droit sur le “couple”. La réaction d’Arafat, en voyant la manoeuvre du véhicule diabolique, a tenté de protéger la jeune femme mais en vain. Le 4×4 va les frapper de plein fouet et les projeter à quelques mètres de là.

Le bruit du choc va attirer les réfugiés qui vont se ruer hors du camp pour chercher à savoir ce qui en était. Ils vont trouver la jeune femme sous le choc et avec le tibia gauche visiblement fracturé. Arafat, quant à lui, gît au sol avec l’arcade ouverte, incapable de respirer ou même de parler. Selon les témoignages des migrants présents, du sang sortait de sa bouche et de ses oreilles.

Quelques-un parmi eux vont immédiatement se diriger au poste de police du camp pour les alerter de cet accident. Mais aussi pour que les policiers y affectés viennent au secours du jeune Arafat. Ils vont faire face au refus de ces policiers sous prétexte que cela ne relèverait pas de leurs obligations. Toutefois, ils peuvent appeler l’hôpital. Pendant ce temps, Arafat respirait difficilement et semblait suffoquer.

Et c’est après près de deux d’attente que l’ambulance va se présenter à l’entrée du camp pour prendre en charge les deux victimes. Pourtant, selon les dires des témoins, le camp est à 35 minutes de train dudit hôpital.

Malheureusement, Arafat va rendre l’âme le 13 mai vers 2 heures du matin selon le médecin légiste. La jeune camerounaise, quant à elle, va séjourner à l’hôpital deux semaines avant de regagner le camp.

L’annonce du décès de Moze Bula Bula dit “Arafat” a créé l’émoi au sein des pensionnaires dudit camp. Ils sont convaincus qu’Arafat a été victime d’un acte raciste de la part des policiers grecques. D’ailleurs, ils ont l’impression que les responsables politiques tenteraient d’étouffer ce décès et d’effacer les traces de cet ignoble acte.

Bobo

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =


Ça Pourrait Vous Intéresser