IMPACT/RDC : Les acteurs miniers réfléchissent sur la formalisation et l’exportation de l’or d’exploitation artisanale de la RDC

Par

Les travaux de l’atelier d’échanges sur ” la formation, l’exportation de l’or d’exploitation artisanale de la RDC et développement communautaire” se tiennent depuis mardi 25 février 2020 au cercle Gourmand de Kinshasa. Organisé par IMPACT/RDC, une organisation non-gouvernementale de droit canadien qui travaille pour la transformation de la gestion dans les zones où la sécurité et les droits de la personne sont menacés.

Les présentes assises visent le renforcement des capacités des agents de l’Administration des mines et d’autres services pertinents du secteur sans oublier les exploitants miniers artisanaux. Elles offrent également un cadre d’échange des enseignements tirés du projet GAC (Or Juste). Pendant deux jours, soit du 25 au 26 février 2020, les participants vont échanger sur plusieurs thèmes notamment la formalisation dans le secteur d’exploitation minière artisanale, la politique du gouvernement de la RDC sur l’exploitation minière artisanale de l’or face au guide de l’OCDE, le rôle de la DGDA dans l’exportation de l’or d’exploitation artisanale, l’expériences de formation dans l’exploitation artisanale de l’or dans le cas du projet “Or Juste”, le gestion des données dans le cas du projet “Or Juste”, l’autonomisation des femmes par la promotion de l’entrepreneuriat et la sécurité économique des femmes, les remarques et phase II du projet “Or Juste”, les leçons apprises dans la mise en œuvre de l’ITOA, etc.

Dans son adresse, la directrice générale d’IMPACT, Mme Joanne Hebert, a expliqué que son organisation existe depuis près de 34 ans et c’est depuis plus de 20 ans qu’il travaille dans la région des Grands-Lacs sur la gestion des ressources naturelles dans les zones où la sécurité et les droits de la personne sont menacés. Elle a reconnu que son organisation aborde les approches de gestion des ressources naturelles dans une triple optiques de renforcement de la sécurité, du développement et d’égalité, particulièrement l’égalité du genre.

Elle a saisi cette occasion pour partager les résultats, les défis et surtout les leçons apprises du projet financé par le gouvernement canadien intitulé ” Création des chaînes d’approvisionnement responsable des minerais pour le développement de l’Afrique”. Un projet de 5 ans qui prendra fin cette année. D’après elle, la traçabilité et la diligence raisonnable pour l’or artisanal en RDC est possible du puit jusqu’au point d’exportation et jusqu’au consommateur final avec analyses justes à base de données fiables sur la chaîne, la sécurité et des analyses sur les impacts au niveau du développement durable. Il est donc important de viser une approche plus intégrée et plus axée sur le développement communautaire pour créer les conditions nécessaires pour une formalisation stable du secteur qui bénéficient les femmes et les hommes.

IMPACT recherche, innove et s’engage

En République Démocratique du Congo et avec l’appui d’Affaires Mondiales Canada ( AMC), IMPACT met en œuvre son projet qui inclut six volets dans le minier à savoir ; la mise en œuvre du Mécanisme de Certification régionale de la CIRGL et du devoir de diligence de l’OCDE au niveau régional et au niveau de la RDC en Ituri ; les plus grands défis de cette mise en œuvre c-à-d son adaptation et application au secteur de l’or artisanal , de son point d’extraction et d’exportation ; la protection de l’environnement autour des sites miniers; l’autonomisation de femmes opérant dans le secteur minier artisanal en RDC; appui à plusieurs associations communautaires et partenaires de la société civile; et enfin la recherche sur le commerce illicite et les flux d’or qui continue à encourager la fraude et défaire les efforts en cours ( étude sur Dubaï, l’Inde et le trafic transfrontalier).

Joanne Hébert, espère qu’ensemble on peut accélérer le pas vers la formalisation du secteur, combattre le commerce transfrontalier illicite des ressources naturelles de la RDC et assurer un investissement dans le développement durable des communautés artisanales.

Il sied de rappeler que le Programme IMPACT/RDC dont M. Félicien Mbikayi est le représentant en RDC s’est engagé à organiser périodiquement selon le besoin et à ses frais, un atelier de formation et de renforcement des capacités à l’intention des agents de l’administration des Mines, du CEEC , du SAEMAPE et autres services du secteur.

Perpetue Luk

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
21 + 29 =


Ça Pourrait Vous Intéresser