Journée internationale du travail : Le gouvernement invité à déboulonner les antivaleurs

Par


M. Guy Kuku, Coordonnateur de l’Intersyndicale nationale du Congo (Photo Radiookapi.net)

Les regards de tous les travailleurs sont tournés vers les nouveaux animateurs du gouvernement pour changer leur quotidien. L’Intersyndicale nationale du Congo invite le gouvernement  à déboulonner les antivaleurs pour assurer le développement durable en RDC. Cette invitation a été faite, mercredi 1er mai  à la place du Cinquantenaire sur le boulevard Triomphal, où les masses laborieuses ont commémoré leur journée sous le thème : ” Travailler pour bâtir un avenir meilleur “.

Le social des travailleurs congolais est toujours aussi préoccupant. Ceux qui sont payés n’arrivent même pas à joindre les deux bouts, à cause de salaires de misère qui leur sont payés. Certaines entreprises de l’Etat accusent les arriérés de 6 à 8 mois, d’autres carrément de plusieurs années. C’est pour tirer les choses au clair et comprendre réellement ce qui se passe dans ces portefeuilles de l’Etat que  le coordonnateur de l’Intersyndicale nationale du Congo, Guy Kuku, demande au Gouvernement d’auditer ces canards boiteux. 

Face à la misère qui s’abat sur les travailleurs Congolais et leurs dépendants, l’Intersyndicale du Congo se demande si la politique s’exerce de la même manière partout au monde où c’est seulement en RDC que les acteurs politiques exagèrent. Le coordonnateur Guy Kuku considere  les politiciens congolais comme des vendeurs,  prêts à vendre le pays sans plaignant avec leur comportement ignoble.

A l’heure qu’il est, les travailleurs ont un regard regrettable du pays, car sa gestion a reculé sur tous les plans, a souligné Guy Kuku. La classe politique est tombée plus bas. Ainsi, la gestion de la République est privatisée à  des politiciens qui sont devenus des autorités morales des partis politiques, des seigneurs de guerres plutôt que des serviteurs. L’on se demande si la politique au Congo est la même qu’ailleurs. Autrement il faut donc changer la façon de gouverner.

L’Intersyndicale a insisté sur le phénomène de la sous-traitance à éliminer absolument et se référer enfin à la loi. A cela s’ajoute la non application du Smig selon les clauses. Elle a à cet effet, invité les travailleurs à être vigilants. Guy Kuku a évoqué également la situation des journalistes, expliquant que plus de 80% de patrons de presse n’ont pas fait signer aux professionnels des médias des contrats de travail.

Révision des salaires des élus du peuple 

L’Intersyndicale a parlé de la révision à la baisse des salaires des députés par rapport à ceux des fonctionnaires, policiers, militaires, huissiers, magistrats, médecin etc.  On doit nécessairement veiller à l’équilibre pour mettre tout le monde à son aise tout en insistant que la politique est devenue un métier qui paie mieux que les autres.

S’exprimant à l’occasion de cette journée,  le ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, Memas Omatuku a mis l’accent sur la justice, la bonne gouvernance pour organiser le secteur du travail. La parité homme –femme doit être respectée au lieu du travail. Il a  exhorté les jeunes à ne pas se décourager  car le pouvoir actuel donne des signaux positifs pour la création d’emplois.  

Perpétue LUK

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
8 − 2 =


Ça Pourrait Vous Intéresser