Kabila aligne Mabunda et Tambwe Mwamba, deux “kamikazes” contre Fatshi

Par

Après avoir surpris tout le monde – y compris son propre camp politique – avec la désignation de Jeanine Mabunda, une femme, pour diriger l’Assemblée nationale, Joseph Kabila a encore déjoué tous les pronostics en portant son choix sur Alexis Tambwe Mwamba, que personne n’attendait, pour conduire le bureau du Sénat.
Ancien ministre de maréchal Mobutu qui a bien réussi sa transformation en kabiliste, Alexis Tambwe Mwamba fait partie, depuis quelques années, du premier cercle des fidèles de Joseph Kabila. Avocat de profession, ATM est connu comme une personne qui crache du feu lorsqu’il s’adresse à ses adversaires politiques.
Intelligent mais de tempérament volcanique, plus d’un analyste politique à se pose des questions sur le choix porté sur sa personne. D’aucuns estiment que sa désignation entre dans les calculs politiques qui se bousculent dans la tête de Joseph Kabila.

Cohabitation plutôt qu’une coalition
Alors que l’alliance entre le Front Commun pour le Congo  (FCC) et Cap pour le Changement  (CACH) porte le sceau d’une coalition, certains analystes soutiennent la thèse selon laquelle Joseph Kabila, lui, verrait cette alliance sous l’angle d’une cohabitation.  
C’est donc dans cette logique que l’ancien chef de l’Etat congolais a placé à la tête des deux Chambres du Parlement, deux personnages prêts, eu égard à leur forte personnalité, à tenir tête aux combattants de l’UDPS, le parti de Félix Tshisekedi, taxés des “talibans”.
Déjà, l’Udps avait accusé Jeanine Mabunda, la présidente de l’Assemblée nationale, non seulement d’avoir accepté que les députés débattent sur les ordonnances du chef de l’Etat, mais surtout d’avoir laissé le député FCC Charles Nawej injurier publiquement Félix-Antoine Tshisekedi.
Du coup, au niveau de CACH, on soupçonne le FCC d’avoir un agenda caché en alignant deux faucons à la tête des deux Chambres du Parlement, deux institutions en capacité de changer la marche de la nation congolaise.

Réactions 
La désignation d’Alexis Tambwe Mwamba suscite des réactions dans des milieux politiques, surtout du côté de CACH. Jules-Bavon Mwamba, proche de l’Udps, mais surtout de Félix Tshisekedi, juge le choix porté sur Tambwe Mwamba comme une provocation de la part de Joseph Kabila, pourtant partenaire politique du chef de l’Etat.
Pour leur part, les organisations de la Société civile ont, dans une déclaration, rendue publique le lundi 8 juillet 2019, estimé que la désignation de Tambwe Mwamba ne rassure pas, car “il peut bloquer la machine politique en RDC”.
Du côté du FCC, tout le monde semble applaudir le choix porté sur le sénateur élu à Kindu, dans le Maniema.
RKM 

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
21 + 3 =


Ça Pourrait Vous Intéresser