in , ,

Kinshasa : difficile de déguster et vendre les “Maboke” de Kinkole 

Les Terrasses où se dégustent les Maboke

La route qui mène vers le port de Kinkole n’existe plus, les activités économiques sont négativement impactées. L’avenue s’appelle Boulevard du Congo. C’est elle qui relie le port de Kinkole à la route nationale numéro 1 en traversant le quartier Pêcheur. 

Cette unique voie de communication à deux bandes, jadis asphaltée, qui mène vers le Port de Kinkole a quasiment disparu. Les excavations, les trous, les nids de poules, cul des petits montagnes de sable et de boue ont remplacé la chaussée. Les caniveaux et conduites d’eau se sont recouverts. Même spectacle pour les bordures, le séparateur, les poteaux pour l’éclairage public, les trottoirs qui n’existent plus.

C’est encore pire lorsqu’il pleut. Tout ce sable se transforme en boue, les nids de poules en petits lacs. Imaginez donc la souffrance pour les chauffeurs des voitures basses“, indique Emery Woho, habitant de Kinkole depuis 2009.

Cet état de délabrement extrêmement avancé impacte donc négativement les activités économiques du coin”, explique pour sa part le secrétaire au bureau du Quartier de Mikala I, Bibembe Mata Bilelo Nsomi Ya Monya, en fonction depuis 2013.

Le marché du port ne connait plus d’affluence massive comme par le passé. C’est pareil avec les terrasses et sites touristiques réputés pour les plats de poissons. Les gens craignent pour leurs véhicules et optent pour d’autres sites. Le secteur du transport aussi s’est vu impacté négativement”, a renchéri pour sa part Pascal Kabeya, un autre habitant du coin.

Le Chef de l’État était venu récemment ici pour une activité avec les pêcheurs. Il avait également promis d’ordonner la réhabilitation de cette route qui reste l’un des piliers du développement économique de ce coin. Mais nous attendons toujours. Vous avez vu vous-même. Son état actuel nécessite des grands travaux”, a souligné le secrétaire du quartier cité ci-haut.

Les Terrasses où se dégustent les Maboke
Sous les bambous

Le délabrement de cette route a réduit considérablement l’activité économique des habitants de cette contrée. Il sied de noter que l’attraction touristique avait également généré d’autres types d’emplois, entre autres celui des nettoyeurs des voitures par des jeunes désœuvrés.

Bahatiquement

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

Coupe de mangroves : une menace à l’écosystème

Élections: la CENI validé son plan stratégique