Kinshasa : le confinement de Ngobila jugé suicidaire

Par

Sur décision du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, la population de la capitale de la République Démocratique du Congo, sera en confinement à partir du samedi 28 au mardi 31 mars 2020. Raison : couper les chaînes de contamination contre le COVID-19 et dénicher des éventuels malades qui se cachent.

Cependant, d’aucuns estiment que cette mesure n’a pas été bien pensée surtout s’il faut tenir compte des conditions sociales dans lesquelles vivent les Kinois. ” A Kinshasa, nous mangeons comme des oiseaux. Celui qui ne sort pas, ne trouve pas à manger “, argumentent plusieurs Kinois.

Décision solitaire

Intervenant ce vendredi sur Top Congo, Charles Mbuta Muntu, ministre Près le Gouverneur et porte-parole du gouvernement provincial, n’a pas convaincu sur les mesures pratiques prises pour accomapgner le confinement des Kinois.

A la question de savoir si le gouvernement provincial avait consulté l’équipe de la riposte que dirigie le professeur Jean-Jaqcues Muyembe, Charles Mbuta Muntu a affirmé que ” le gouverneur a bel et bien consulté les services techniques de l’hôtel de ville “. En plus, il a avoué que son gouvernement s’est appuyé sur le message du chef de l’Etat. Il semble clair que Dr Muyembe, qui conduit la riposte, n’ait pas été associé à cette démarche.

Qui est autorisé à travailler pendant ces quatre jours de confinement, il a cité pêle-mêle les agents des banques, le personnel médical, les membres des cabinets…. Que faire en cas de maladie (autre que le COVID-19) dans une famille ? A cette question, il a donné trois numéros pour des appels d’urgence : 101, 109 et 110. Or, il s’avère que ces trois numéros donnés depuis plus d’une semaine par le ministre de la Santé sont inaccessibles.

Conséquences sanitaires

Intervenant sur RFI, l’universitaire Bob Kabamba, a estimé que le confinement des Kinois risque d’accroître le nombre des malades. “Confinés pendant quatre jours, les Kinois sortiront comme des lions affamés pendant les jours de trêve, avant le prochain confinement, pour se ravitailler. Je crains que les gens se transmettent la maladie dans ces bousculades”, a indiqué Bob Kabamba.

Certaines personnes auraient voulu voir le gouverneur procéder au confinement par commune. Par exemple, commencer par les communes de la Gombe, de Kintambo et de Kinshasa, considérées comme des “zones rouges”, par le Dr Muyembe, chargé de l’équipe de la riposte. Pour plusieurs experts en santé publique, la mesure prise par Gentiny Ngobila risque d’être plus fatale que bénéfique aux Kinois.

RKM

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
19 + 9 =


Ça Pourrait Vous Intéresser