in ,

Kinshasa : une policière de circulation routière se distingue

Qui peut parler en bien des agents de circulation routière à Kinshasa ? Ils sont à la base des tracasseries. Ils rançonnent des conducteurs sur base des fausses infractions. Ils sont corrompus… Plusieurs vidéos circulent dans les réseaux sociaux déplorant le comportement de ces agents à la recherche de “madesu ya bana”.

Exception confirmant ce qui semble devenir la règle, une policière de circulation roulage se distingue positivement à Kinshasa. Son nom : Cécile Bakindo. Ceux qui passent régulièrement sur la jonction des avenues des Huileries et Kabinda partagent un bon témoignage de cette dame. Parmi eux, l’ancien Premier ministre, Augustin Matata qui a dû l’inviter dans son bureau pour l’encourager.

“Honneur à Cécile Bakindo… J’ai échangé avec elle pour la féliciter pour son abnégation et son professionnalisme qui m’ont toujours impressionnés. Son histoire m’a ému. Elle se réveille à 4 h00 du matin, vu la distance qui l’éloigne de son poste de travail. Félicitations à elle”, a écrit sur sa page Facebook Augustin Matata.

“Je suis son fan. Je comptais d’ailleurs lui offrir un cadeau d’ici décembre”, rebondit un Kinois en réaction à la publication de l’ancien chef du gouvernement.

Un autre d’ajouter: “Je la connais. On l’appelle affectueusement “Muana Muindu”. On l’a jamais vu dans les tracasseries. Elle, sa préoccupation, c’est la fluidité du trafic. Et elle réussit bien. Il était temps de l’encourager”.

Outre Cécile Bakindo, un autre agent de circulation routière a la cote chez le Kinois. Il s’appelle Jean-Pierre Beta et opère sur l’avenue Lukusa, dans la commune de la Gombe. Un autre est signalé vers Bralima, sur l’avenue Kabasele (ex-Flambeau).Comme quoi, des bonnes graines, on peut aussi en trouver parmi les PCR à Kinshasa.

SN

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Léopolds : Dieumerci Mbokani annonce son retour

Kinshasa: l’érosion de Kimwenza continue sa progression