in , ,

Le dollar à 2010 Fc : où est le gouvernement?

1990 fc pour 1$ ici ; 2000 fc là et, jusqu’à 2010 fc voire 2013 fc pour 1$ ailleurs. Les opérateurs de téléphonie mobile sont, eux, à 2015 pour 1$. Le franc congolais connaît ces jours une dépréciation vertigineuse et emporte avec lui, à la hausse, les prix des biens et services.

Pourtant, les salaires de la majorité des employés congolais dont les agents et fonctionnaires de l’État, sont fixés dans la devise nationale. Chaque jour qui passe, ce salaire perd de son pouvoir d’achat et devient de ce fait insignifiant.

Il semble que le gouvernement soit dans l’impossibilité, pour le moment, de réajuster les salaires de ses agents par rapport à la décote du franc congolais. La conjoncture économique est si morose qu’il faudrait que le gouvernement trouve des mécanismes pour faire bouger les choses. Ce ne sera pas si facile, font comprendre des économistes qui font valoir les dégâts causés à l’économie mondiale par le confinement d’une bonne partie du monde durant des mois à la suite du nouveau coronavirus.

La Chine, principale, importatrice des matières premières congolaises (cuivre et cobalt) n’a pas encore retrouvé tous ses atouts. Bien plus, les prix des matières premières exportées par la RDC ne sont pas au top. Les jours à venir risquent d’être encore plus difficiles. Certains ont même prédit l’incapacité du gouvernement à payer les salaires. Cela a déjà été fastidieux au mois de juin; et juillet risque d’être encore plus long si la situation des finances publiques ne s’améliore pas.

Les banques commerciales qui procèdent à la paie des agents et fonctionnaires de l’État après dépôt des listings de paie sans attendre les liquidités y afférentes de la Banque centrale, se montrent plus prudentes face à une possible impossibilité pour elle de revoir vite la couleur de leur argent.

C’est le moment pour le gouvernement de réfléchir à deux fois avant de renvoyer les écoliers et élèves sur les bancs de l’école. Les enseignants «nouvelles unités» et «non payés» vont faire entendre leur voix, tandis que les enseignants du supérieur sont en embuscade et que les médecins et autres personnels de santé grondent déjà pour leurs «primes de risque».

La vie de la nation, c’est avant tout le panier de la ménagère et non tous ces tapages autour de Minaku-Sakata, Ronsard Malonda, Benoît Lwamba, Atou Matubuana ou Gecoco Mulumba. Bougez-vous, chers messieurs et dames du gouvernement. On ne vous paie pas pour parader dans vos jeeps.

N’tombo Lukuti

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Sassou Nguesso médiateur entre Fatshi et JKK ?

Levée de l'état d'urgence : le dernier mot revient à Fatshi