Licelv Mauwa, la musique pour changer le comportement

Par

Samedi 5 octobre 2019, au studio de B one Télévision, se tient la deuxième édition du débat scientifique et littéraire de l’« Art Majeur », un concept destiné à la révolte métaphysique de la jeunesse congolaise, initié par Me Pépin Guillaume Manjolo, bien avant sa nomination comme Ministre d’Etat en charge de la Coopération internationale , Intégration régionale et Francophonie dans le gouvernement Ilunga.

La chanteuse Licelv Mauwa, porteuse de « Metamorphozo », un concept de changement de comportement au moyen de la musique, également titre de son prochain album annoncé sous peu, a été à l’honneur durant ce débat houleux qui a confronté deux associations des jeunes : la génération rupture et la génération future du Congo, autour de la thématique « Faut – il à la RDC la volonté de puissance pour se prévaloir et compter parmi les grandes nations ? ».

Dans sa peau de cantatrice, la chanteuse Licelv Mauwa, avec sa voix aussi puissante que mélodieuse, a interprété un extrait du livre « La révolte métaphysique d’un jeune Congolais », écrit par cet homme de culture, Me Pépin Guillaume Manjolo, qu’il traduit dans un texte poétique nommé « Kongo Complainte ». Ce texte aussi fédérateur, qu’interrogateur d’un Kongo blessé et lacéré dont l’horreur demeure dans le quotidien, aborde des thématiques variées entre l’unité des peuples, le retour du bâton d’Ishango et la promotion d’un Kongo de la raison, portée par sa jeunesse et sa culture.

Ce n’est donc pas par hasard que Manjolo était l’un des invités surprises de la chanteuse Licelv Mauwa lors de son concert de charité le 16 juin dernier, à l’occasion de la Journée de l’enfant africain, au Centre culturel Boboto, dans le cadre de son programme musico – éducatif « Métamorphozo : un enfant, un livre ». Visiblement, au regard de fortes convergences conceptuelles, il en ressort un partenariat Metamorphozo – Art majeur, qui se veut non seulement élitiste, mais tout aussi révolutionnaire.

Au-delà du cloisonnement classique de la scène, Licelv Mauwa, cette ambassadrice des arts congolais tant sur le plan national qu’international, fait décidément partie de ces rares chanteuses africaines, qui utilisent la musique comme un réel vecteur d’éducation mais aussi de sensibilisation, en dehors de sa fonction divertissante. Me Guillaume Manjolo, initiateur de « Art Majeur » n’en dit pas moins lorsqu’il déclare sur le plateau : “Merci Licelv . Là aujourd’hui, au-delà de ce que j’ai senti le jour de votre concert au centre culturel Boboto, vous avez transpercé mon corps par ces paroles que vous avez portées sur des hauteurs particulières, réservées à certains élus; une dimension dont seuls les êtres supérieurs peuvent sentir… Je suis tellement un être inférieur pour l’instant. Le fait de m’entendre être chanté par un talent si pur, aussi élevé, aussi spirituel, aussi poétique que vous, je suis touchée“. Il y a vraiment de quoi être touché.

Mel.

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
17 × 2 =


Ça Pourrait Vous Intéresser