in , ,

Lubumbashi : le point de déstabilisation de Fatshi ?

Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, a connu une ambiance particulière le samedi 26 septembre. Des affrontements opposant le groupe négatif de Bakata Katanga se sont déroulés dans certains quartiers de la ville très tôt le matin.

Pour la énième fois, les Bakata Katanga, sans armes, ont réussi à entrer dans la ville de Lubumbashi. D’après plusieurs sources, leur plan consistait à occuper le bâtiment de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Mais surtout le cabinet du gouverneur de province où ils devraient hisser le drapeau de la “République du Katanga“. Selon des sources indépendantes, le bilan de ces affrontements a fait état d’une vingtaine de morts, dont 17 rebelles et 3 policiers.

Devant l’incapacité des éléments de la police à neutraliser ces rebelles, ce sont les éléments des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) qui sont venus en renfort pour déloger les Bakata Katanga.

Ce n’est pas la première fois que ces rebelles, conduits par Gédeon Kyungu (qui avait réussi à s’échapper de sa résidence surveillée pour regagner le maquis), réussissent a entrer sans difficultés dans la ville de Lubumbashi. Comment cela est-il faisable ?, s’interrogent encore de nombreux observateurs de la scène congolaise.

Codeco à Bunia

Le samedi, c’est le chef-lieu du Haut-Katanga qui était pris d’assaut. Le mois dernier, c’était la ville de Bunia (chef-lieu de la province de l’Ituri) qui connaissait la même mésaventure. Cette fois-là, ce sont les rebelles de la Coopération pour le Développement du Congo (CODECO) qui avaient, en pleine journée, gagné la ville de Bunia.

Comme les Bakata Katanga à Lubumbashi, les rebelles de la CODECO sont entrés dans la ville de Bunia sans rencontrer la moindre résistance. Pire, ils sont allés à la prison pour libérer leurs amis et au gouvernorat pour réclamer de la nourriture.

Des effectifs des militaires doublés, mais…

A Beni, dans le Nord-Kivu, ce sont les rebelles ougandais de l’ADF qui continuent à dicter leur loi. Et cela depuis plusieurs années. Au moins dix civiles sont tués dans la ville de Bunia et ses environs.

Alors que le gouvernement avait doublé les effectifs des militaires dans certaines provinces de l’Est, notamment à Beni. Pourquoi ces rebelles ne sont-ils pas neutralisés ? Pourquoi entrent-ils facilement à Lubumbashi, la deuxième ville du pays ?

Du coup, certains analystes pensent à un plan de trahison contre le pouvoir de Félix-Antoine Tshisekedi.

RKM

What do you think?

Written by Lisapo

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

RDC : Acacia Bandubola pour des pains dont le grammage corresponde au prix

Insécurité à Inongo : la mort d’un policier ivre paralyse la ville