Pendant que le pic du covid-19 est attendu en juin, Ebola frappe à Mbandaka

Par

Depuis le 10 mars, le comité multisectoriel de riposte a enregistré 3.195 cas et 146 nouveaux cas pour la seule journée du dimanche 31 mai. Ces chiffres alarmants, à peine dévoilés que les Congolais apprennent avec stupéfaction que la fièvre à virus ebola s’est déclarée dans la ville de Mbandaka, province de l’Equateur.

Le ministre de la santé, Docteur Eteni Longondo, a confirmé ce nouveau foyer d’infection de la fièvre à virus ebola au cours d’une conférence de presse qu’il a animée ce lundi 01 juin à l’immeuble du gouvernement dans la commune de la Gombe. Il a indiqué avoir reçu cette information de l’INRB où des échantillons de prélèvements venus de Mbandaka avaient été envoyés pour analyse.

La RDC doit donc faire face au même moment à la résurgence de la fièvre à virus ebola et à la pandémie de covid-19.

Ebola a déjà causé la mort de quatre personnes dont un cas positif confirmé et trois cas probables sur les huit cas dénombrés jusque-là. Deux cas positifs sont vivants et deux autres cas suspects sont sous surveillance. C’est la 11ème épidémie de la fièvre hémorragiques ebola qui se déclare ainsi en RDC alors que les dernières personnes contaminées dans le Nord-Kivu, dans le territoire de Beni, sont en phase terminal de leur traitement.

Voilà pourquoi le Ministre de la Santé a appelé la population de Mbandaka à ne pas céder à la panique. Car, rassure-t-il, des dispositions sont prises pour organiser une riposte appropriée. La RDC détient, à ce sujet, l’expertise avérée et prouvée. Dr Eteni a souligné avoir fait appel aux partenaires extérieurs dont l’OMS pour lutter contre ce nouveau foyer de fièvre hémorragique ebola.

Une équipe de riposte contre la fièvre à virus ebola devrait se rendre rapidement dans cette ville pour prendre des mesures qui s’imposent afin de maîtriser ce nouveau foyer d’infection.

10 millions de dollars américain pour lutter contre le Covid19

S’agissant du coronavirus, le ministre a indiqué que le gouvernement a disponibilisé des fonds pour lutter contre cette pandémie. Soit un peu plus de plus de 10 millions de dollars. Ces moyens vont être utilisés notamment pour financer la sensibilisation, appuyer le secrétariat technique de la riposte pour une prise en charge effective de la maladie. Dès cette semaine, toutes les provinces seront servies pour assurer une prise en charge efficace de la pandémie.

« Nos efforts de mener des actions des grandes envergures pour sensibiliser la population étaient limités par manque criant de moyens. Avec les moyens à notre disposition, nous avons engagé plus de 4000 relais communautaires pour apporter l’information à la population de porte à porte et au niveau de la communauté », a indiqué le ministre de la santé.

Le pic pointe à l’horizon

Le ministre de la santé a fait savoir que la RDC va vers le pic de la pandémie à covid-19. “Nous devons attendre les deux premières semaines pour le confirmer. Le nombre de cas ne fait qu’augmenter avec plus de 100 cas par jour. Mais au moins le taux de mortalité est passé de 10,5% à 2,3% », a déclaré le ministre de la santé.

C’est donc à la fin de la première quinzaine du mois de juin que le pic pourrait se ressentir avec une hausse de cas positifs. Si la courbe actuelle se poursuit. Malheureusement, malgré ce tableau sombre, le Ministre a constaté un relâchement des Congolais et particulièrement des Kinois vis-à-vis des gestes barrières. On ne compte plus les attroupements monstres dans les morgues et cimetières et de moins en moins de gens portant le masque.

Concernant le traitement du coronavirus, Dr. Eteni a insisté sur le fait qu’il n’existe pas encore un traitement approprié pour cette maladie. “Le meilleur combat reste la prévention”, a-t-il fait savoir. Insistant sur le respect des gestes barrières qui devraient permettre, selon lui, de “casser la chaîne de transmission et ainsi limiter la contamination”.

Toutefois, il a reconnu que la combinaison de la chloroquine et Azytromicine donne des bons résultats. Tout en rappelant néanmoins que ce protocole est contesté dans certains pays et même par l’OMS en raison des effets secondaires que ce protocole provoquerait.

Génie Mulobo

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
1 + 5 =


Ça Pourrait Vous Intéresser