Pour sa 3ème édition, Strong Ladies met en lumière 11 modèles de réussite féminins

Par

La plateforme STRONG LADIES qui se veut une tribune de visibilité des femmes pour reconnaitre leurs apports et mérite dans la société, vient de primer pour sa 3ème édition, 11 femmes qui se sont démarquées dans divers domaines. C’était au cours d’une cérémonie tenue le dimanche 2 février 2020, au capitole de l’hôtel Rotana, à Gombe. Avant cela, quelques intervenants repartis dans les panels politique et socio-économique, ont échangé autour du thème : « Femmes et compétitivité face aux secteurs économiques d’avenir : c’est maintenant ». 

Pour Allegra Fosh Ngalula, initiatrice du prix, l’idée est que Strong Ladies soit une valeur ajoutée pour l’implication des femmes au processus de développement de la RDC.

Strong Ladies veut valoriser le talent et le travail des femmes, mettre en lumière des modèles de réussite afin d’inspirer plus d’un, stimuler l’esprit de l’entreprenariat et de l’ambition politique dans le chef de la femme, mais également faire de l’excellence un quotidien de la femme congolaise.

En fait, tout est parti du constat selon lequel en République Démocratique du Congo, le monde politique et socio-économique a profondément changé depuis la venue du mouvement de la parité. ‘’Il est moins au service d’une rivalité entre superpuissances et davantage le reflet d’une société qui ne cesse de repousser les frontières, de se mondialiser. Le monde est devenu un village. Cette transformation a apporté avec elle deux forces nouvelles dans leurs ampleurs : la compétitivité et la diversité‘’, explique Allegra Fosh.

En effet, les femmes sont aujourd’hui ingénieuses, travailleuses d’usine, directrices d’entreprises, scientifiques, médecins et elles s’occupent de nombreux autres postes qui auraient été impensables dans le passé. 

Cependant, elle note qu’en dépit des indices probants montrant qu’une progression des droits économiques des femmes, particulièrement en termes d’emploi et de revenu fait avancer le système économique et le développement durable, les femmes en RDC sont encore frappées de manière disproportionnées par la pauvreté, l’absence de terres et de droits d’héritage ainsi que sur les contributions humaines et économiques qu’elles pourraient autrement apporter.

Ce qui n’est pas tout à fait l’avis de certains panélistes notamment Patrick Muyaya qui affirme que beaucoup de lois en faveur de la femme ont évolué en RDC. Il ne reste plus qu’aux concernées de se lever et s’engager afin que les choses changent.

La parité homme-femme, « une grosse arnaque »

Patrick Muyaya, député national élu de la circonscription de Funa, intervenant lors du Panel socio-économique a exprimé son indignation face au concept de la parité entre les hommes et les femmes qu’il qualifie comme étant une grosse arnaque.

Une tromperie, argumente-t-il, qui n’est autre qu’un moyen que l’homme a trouvé pour anéantir la femme et la maintenir en dessous de lui. Et celle-ci de son côté, pour s’apitoyer sur ses faiblesses et se victimiser davantage.

Pour lui, tout est une question d’ambition, avec lequel il faut prendre en compte l’aspect culturel. ‘’Les femmes, si elles ont une ambition peuvent se battre et réussir bien plus que les hommes. J’ai toujours pensé que les femmes sont plus intelligentes que les hommes‘’.

A cet effet, le président du réseau des jeunes parlementaires soutient que les hommes et les femmes sont différents mais complémentaires. ‘’Le problème est dans la compréhension. Les obstacles qui se dressent devant les femmes ne sont pas forcément dus à leur sexe. Les postes de responsabilité doivent se mériter‘’, a-t-il relevé.

Des idées que d’autres intervenants des deux panels ont également partagé, tel que Sivi Malukisa, Ceo de MANITECH, qui a exhorté les femmes à s’accepter et briser le complexe qui les caractérisent. ‘’Il faut que les hommes et les femmes s’emploient à ne pas favoriser la discrimination. Que le mariage ne brise pas le côté économique et intellectuel d’une femme ‘’, a-t-elle soutenu.

Voici les femmes qui ont reçu les prix Strong Ladies pour cette troisième édition :

  1. Strong Ladies Agro industriel : Patricia NSAKALA
  2. Strong Ladies Entrepreneure sociale : Melissa SHARUFA
  3. Strong Ladies Femme de média : Feza MIKA
  4. Strong Ladies Femme de sciences : Raïssa MALU
  5. Strong Ladies Sport : Daniella NGOY
  6. Strong Ladies Femme éducation : Noëlla COURSARIS
  7. Strong Ladies Femme d’avenir : Prisca MANYALA
  8. Strong Ladies Femme de la mode : Rachel OLOMBE
  9. Strong Ladies Femme politique : Christelle VUANGA
  10. 10.Strong Ladies Femme de cœur : Sibel MUSHAGALUSHA
  11. 11.Strong Ladies Prix d’honneur : Jeanine MABUNDA

BL

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
18 + 11 =


Ça Pourrait Vous Intéresser