in , ,

Retour de Fayulu, «Salongo», proclamation des résultats dans les écoles…

Chronique de la vie à Kinshasa

Cher cousin

Ce matin, alors que je déambulais du côté de Lemba Super, je suis tombé sur un petit-gros groupe de militants de l’ÉCiDé, le parti de Martin Fayulu. Arborant drapeaux et banderoles à l’effigie de leur leader, ils se dirigeaient vers Place sainte Thérèse à N’djili où celui qui continue à se présenter comme le «président élu», mais non proclamé par la CENI et la cour constitutionnelle, va s’adresser à ses partisans.

C’est en effet aujourd’hui qu’il rentre au pays après un séjour aux USA où il a été bloqué par l’épidémie de coronavirus. A ses côtés, Adolphe Muzito, coordonnateur de Lamuka, une plateforme quasiment en mort cérébrale, dont le coma est interrompu de temps en temps pour enquiquiner le pouvoir en place.

Je te rappelle, cher cousin, que Lamuka est une plateforme politique qui regroupe Adolphe Muzito, Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi. Tu te souviens sans doute de ces gens qui s’étaient retrouvés à Genève en 2018 pour créer cette plateforme électorale et qui comptait aussi dans ses rangs Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe et Freddy Matungulu. Contraints par leurs bases, VK et Fatshi avaient retiré leurs signatures, 48 heures après que Lamuka ait désigné Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition.

Fatshi et VK avaient alors signé un autre pacte à Nairobi au Kenya dénommé Cap pour le changement (CACH), avec Fatshi comme candidat commun. La suite, tu la connais. Fatshi a été proclamé vainqueur de l’élection du 30 décembre 2018 et a conclu un deal avec Joseph Kabila, ce qui a conduit à la création de la coalition FCC-CACH qui dirige le pays. Quant à Freddy Matungulu, il a bénéficié de l’appui de Fatshi pour être nommé à la Banque africaine de développement et a donc quitté Lamuka.

Cher cousin,
J’ai constaté que la foule des partisans de Fayulu et Muzito se dirigeant vers la Place sainte Thérèse n’était encadrée par aucun policier. En tout cas, je n’ai vu aucun agent de l’ordre. Sans doute que ce n’était pas nécessaire du côté de Ngaba et Lemba où ils n’étaient pas si nombreux que ça.

Quant aux policiers des sous-ciat ( c’est comme ça qu’on appelle sous-commissariats ici) étaient plutôt occupés à faire respecter, à leur manière, le «salongo» (travaux de salubrité exécutés par les citoyens chaque samedi matin entre 6 heures et 10 heures). Sous peine de payer une amende ou voir ses marchandises confisquées, les marchands sont obligés de participer à ce «salongo» hebdomadaire. C’est en fait une survivance des pratiques de l’époque de Mobutu. Ce dernier entendait ainsi impliquer les citoyens aux travaux de salubrité de leurs villes. Le MPR contrôlait, à l’époque via ses structures d’encadrement des citoyens, l’exécution de ce «salongo».

A l’heure actuelle, les citoyens y participent volontiers ou plutôt contraints, mais il y a manque d’encadrement de l’opération. Les détritus sortis des caniveaux sont déposés à côté de la chaussée. Faute d’évacuation par les véhicules de l’État, ces détritus se déversent encore dans les caniveaux. Dans les marchés, les immondices sont rassemblés en vue de leur évacuation par les services de l’Hôtel de ville. Cela n’est pas si évident, au point que les immondices rassemblés forment des foyers d’insalubrité.

J’ai appris que le gouverneur de Kinshasa a mis en garde les bourgmestres sur, entre autres, cette situation, mais ces derniers ont toujours mis en exergue le manque de moyens pour justifier leur apathie, au point que Kinshasa reste une ville sale.

Je dois te quitter ici, car je dois me rendre à la proclamation des résultats d’une de tes nièces. L’école a dû faire la moyenne des points obtenus jusqu’à la proclamation de l’état d’urgence sanitaire en mars dernier et procédé à la délibération. Cela signifie que les cours ne vont plus reprendre pour les classes montantes. Une autre de tes nièces doit attendre ses résultats la semaine prochaine. Cette école privée catholique exige des parents le paiement des frais scolaires du troisième trimestre, soit 150$. Quel culot!!! Je compte bien ne pas me faire truander alors que je cherche l’argent pour préparer la rentrée scolaire 2020-2021 qui intervient début octobre.

A plus
Tien, Franck

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Avenue Kabambare : l'OVD occasionne un embouteillage inutile

Covid-19 : Dr Jean-Jacques Muyembe, expliquez-vous !