in ,

Une sextape fait de l'ombre aux 70 cas positifs de covid-19 d'hier

Sommes nous en présence d’une main diabolique qui nous detournerait de l’essentiel, de l’important? En effet, chaque fois que l’Inrb s’apprête à annoncer de mauvais chiffres de nouveaux cas positifs de covid-19, un événement s’insère pour faire de l’ombre à cette information importante, cruciale pour le pays.

Jeudi 30 avril, c’est la diatribe virulente du président du sénat contre la sénatrice Bijou Goya qui a éclipsé les 72 cas positifs de covid-19 enregistrés ce jour là. Hier samedi 02 mai, alors que les chiffres étaient tout autant mauvais – 70 cas positifs de covid-19 en un jour- c’est une vidéo sextape mettant en scène, semble-t-il, l’évêque Pascal Mukuna avec une jolie negresse qui vient tout embrouiller.

Du coup, les chiffres de l’équipe de riposte contre le covid-19 sont passés au second plan, l’attention étant focalisée sur l’authenticité ou non de la fameuse sextape. Si certains parlent d’un «deepfake», technique consistant à trafiquer des images et sons pour créer une vidéo donnant l’impression du vrai, d’autres clouent au pilori le pasteur de l’église ACK et dirigeant principal du FC Renaissance.

Après avoir été un des chantres du pouvoir de Joseph Kabila, Pascal Mukuna s’est lancé depuis des mois dans une campagne virulente contre l’ancien chef de l’État accusé de tous les maux dont souffre le pays actuellement, cause, selon lui, de la mauvaise gestion de l’ancien régime. La sextape de Pascal Mukuna, qu’elle soit authentique ou juste un montage destiné à faire mal à l’homme de Dieu, ne devrait pas détourner le pays de plus important : la lutte contre la propagation du covid-19. Depuis trois jours, le pays est quasiment en plein dans le pic annoncé pour ce mois de mai.

Avec uncumul de 672 cas confirmés de covid-19 depuis le 10 mars dernier, une implication plus importante de l’autorité suprême du pays devient pressante. Il revient au président de la République de rappeler à ceux qui continuent de douter que le nouveau coronavirus est bel et bien présent dans le pays et qu’il pourrait faire encore plus de dégâts si les Congolais se montrent si peu responsables dans l’application des gestes barrières.

Il s’agit de ne plus se limiter à une comptabilité macabre des cas positifs, mais aussi de montrer ce qui se fait réellement dans les hôpitaux et surtout améliorer davantage la prise en charge des personnes atteintes, de multiplier les tests et de débusquer ceux des contaminés qui se cachent et se soignent comme ils peuvent et contaminent ainsi d’autres personnes. En attendant, lavez-vous fréquemment les mains; portez un masque si vous sortez pour une raison impérieuse; gardez une distance raisonnable dans les lieux publics ou restez chez vous.

Mona Kumbu

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Kinshasa : la distanciation sociale non respectée dans des banques

Prix Jeune Femme Journaliste : Rachel Ntumba Mbikayi remporte le concours