Affaire Mamba : la société civile exige l’arrêt immédiat des poursuites judiciaires

Par

Les activistes de droit de l’homme regroupés au sein des Réseaux et plateformes des ONG des droits de l’homme ont déploré l’arrestation du député national Jean-Jacques Mamba. Alors qu’il continue de jouir de toutes ses immunités parlementaires.

C’était dans une déclaration lue lundi 25 mai 2020 où ils en appellent à une solution privilégiant la cohésion nationale. Et aussi, au règlement des différends à l’intérieur des institutions établies.

Le porte-parole de cette structure, Dieudonné Mushagalusha, a fait savoir à la presse que l’acte posé par le Parquet général près la Cour de Cassation est susceptible de créer un conflit entre les pouvoirs judiciaire et législatif. Avec comme conséquence directe le dysfonctionnement de la RDC.

« Ces actes sont des caractéristiques des pays où les dirigeants et le parti politique au pouvoir utilisent la justice pour régler des comptes aux hommes politiques. Il y a lieu de craindre que l’opinion nationale et internationale ne traitent la RDC d’un pays qui s’inscrit dans la voie de la dictature », a déclaré Dieudonné Mushagalusha.

Plus loin dans leur déclaration, ils ont fait remarquer que les faits mis à charge de Jean-Jacques Mamba ne justifient pas que l’affaire soit traitée en procédure de flagrance. Ils exigent donc sa libération pure et simple.

Une libération sans condition. Surtout que les faits qui sont mis à sa charge ne revêtent, à les en croire, aucun caractère d’urgence et ne justifieraient pas dans une flagrance ou une précipitation pour son arrestation et sa mise à résidence surveillée.

Il convient de souligner que la lecture de cette déclaration a été faite à l’hémicycle du palais du peuple, avant la déchéance de Kabund au poste du 1er vice-président du bureau de l’Assemblée nationale.

Don Boss

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
17 × 1 =


Ça Pourrait Vous Intéresser