Covid19 : 15 à 20 nouveaux cas positifs chaque jour

Par

Depuis près d’une semaine, les chiffres de personnes contaminées au covid19 s’emballent à Kinshasa. Chaque jour, c’est entre 15 et 20 nouveaux cas positifs qui sont répertoriés. Le pays en est à un total de 307 cas positifs déclarés depuis le 10 mars dernier dont 295 pour la ville de Kinshasa. Jusque-là, 26 patients du covid19 ont recouvré leur santé tandis que 25 morts ont déjà été enregistrés. Hier, l’équipe de riposte a annoncé suivre de près 145 cas «suspects».

Ces chiffres montrent que le pays, selon de nombreuses prévisions, approche du pic de la pandémie. Ce sommet est attendu vers la première ou deuxième quinzaines du mois de mai. Les équipes de la riposte, a-t-on appris de sources informées, se préparent à attaquer avec hargne cette période considérée comme décisive et pleine d’incertitudes. Le ministre de la santé est tout de même apparu confiant, hier à ce sujet au cours d’un entretien avec Top Congo FM. Il a affirmé que l’INRB a considérablement accru sa capacité de tests, au point qu’il peut en réaliser désormais jusqu’à 250 par jour. On a aussi appris que le laboratoire de la faculté de science de l’Université de Kinshasa serait capable d’effectuer des tests covid19, mais il lui manquerait juste des intrants appropriés pour ce faire. On a enfin appris que le ministre de la santé s’active pour améliorer la prise en charge des malades du covid19 à l’hôpital du cinquantenaire. Cette structure hospitalière est considérée comme le maillon faible de la riposte avec des patients quasiment abandonnés.

La meilleure arme contre le covid19 reste cependant la prévention avec ses gestes barrières. A part le lavage des mains, les autres gestes dont la distanciation sociale et le port du masque sont difficilement appliquées ou pas du tout applicables dans l’environnement d’une ville comme Kinshasa. Dans les boutiques, les marchés, les arrêts de bus les gens ne respectent pas les consignes données; des jeunes gens continuent de jouer au football, transpirant à grosses gouttes et se touchant les uns les autres à tout moment.

C’est ainsi qu’on peut comprendre le durcissement des mesures prises précédemment avec extension du confinement à d’autres communes et imposition d’un couvre-feu entre 20 heures et 5 heures du matin. Même si nombre de Kinois ne trouvent aucun lien entre la contamination au covid19 et la circulation nocturne, il faut malheureusement constater que des Kinois considérés comme «têtus» et accrocs à des liqueurs fortes prennent d’assaut des débits de boissons clandestins et des fumoirs. Ces rencontres dans des endroits fermés peuvent constituer des foyers de contamination au covid19.

Mona Kumbu

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
20 + 6 =


Ça Pourrait Vous Intéresser