Voici 10 inconnues sur le coronavirus !

Par

Le covid19 poursuit sa progression en RDC avec 307 cas confirmés en RDC à la date du 17 avril 2020. Kinshasa, à elle seule, héberge 295 cas confirmés. Pourtant, cet ennemi silencieux, totalement inconnu des Kinois, tarde à livrer son secret aux scientifiques du monde entier. Apparu officiellement à Wuhan en Chine en décembre dernier, des questions fondamentales sur ce coronavirus demeurent pendantes. Selon un article publié sur le site suisse letemps.ch, dix énigmes scientifiques persistent au sujet du covid19. 

1. La genèse du covid19 n’est pas connue. Aucun scientifique, aujourd’hui, peut expliquer l’apparition du coronavirus.  Ils ne savent pas d’où vient ce virus. Au début de l’épidémie, plusieurs hypothèse avaient été soulevé. Il proviendrait de la chauve-souris via des recombinaisons génétiques. Mais comment a-t-il pu franchir la barrière interespèces ? Comment est-il arrivé chez l’homme ? Est-il passé de la chauve-souris à l’homme en passant par de(s) hôte(s) intermédiaires ?

2. Le mode de transmission du covid19 n’est pas connu. Les scientifiques sont incapables, à ce jour, de donner avec exactitude le mode de transmission du coronavirus. Il est vrai que les gouttelettes crachées en toussant ou les postillons en parlant véhiculent le coronavirus. Mais, selon le site, « des zones d’ombre demeurent sur la transmission éventuelle par les fomites – le nom des surfaces contaminées –, les excréments et surtout les aérosols, ces nuages de gouttelettes parfaitement invisibles ». 

3. La mortalité du covid19 n’est pas encore connue.  Elle ne le sera qu’une fois l’épidémie terminée. La sévérité exacte du covid19 est compliquée à déterminer notamment parce que plusieurs calculs de la mortalité cohabitent. 

4. La différence entre la sévérité des cas n’est pas connue. En effet, les scientifiques n’arrivent pas encore à expliquer la sévérité des cas y compris chez les personnes jeunes et en bonne santé. Alors que, depuis le début de l’épidémie, l’âge avancé et l’existence de pathologies chroniques sont indexés comme des éléments aggravants. 

5. Le traitement contre le coronavirus n’est pas connue. Dans l’attente de molécules efficaces, le personnel soignant traite les symptômes dûs au coronavirus. Le traitement est adapté au cas par cas. Certains malades sont traités avec des antirétroviraux (remdesivir), des antimalariques (hydroxychloroquine), des antibiotiques (pour combatte les infections associées au coronavirus). 

6. La durée de l’immunité contre le coronavirus n’est pas connue. Les spécialistes ne sont pas en mesure de déterminer si, une fois remis du covid19, l’individu est  bien immunisé. Si c’est le cas, alors pour combien de temps ?

7. Le rôle joué par les enfants n’est pas connue.  Les scientifiques sont sûres d’une chose : la majorité des enfants sont nettement moins gravement touchés que leurs aînés. Toutefois, des doutes persistent quant au rôle exact que les enfants pourraient jouer dans la propagation de la maladie. En tant que porteurs sains, écrit le site letemps.ch , « les enfants pourraient-ils être des super-propagateurs de la pathologie ? »

8. La mutation du covid19 n’est pas connue. Le terrain des modalités de mutation du covid19 est à explorer. Car, les génomes des virus se modifient fréquemment au fil des mutations. Une chose est sur, par ailleurs, le génome du covid19 mute relativement lentement.

9. On ne sait pas si les animaux domestiques sont contagieux. Des rares animaux de compagnie ont, en effet, été testé positifs mais les scientifiques n’ont pu démontrer la transmission d’un animal vers un être humain. Tant que le mécanisme de pénétration du coronavirus dans les cellules humaines reste à éclaircir, une contagion reste possible. 

10. La fin de l’épidémie n’est pas connue. Plusieurs variables vont sûrement déterminer le futur de l’épidémie du covid19. Il y a notamment la possibilité d’un vaccin pour espérer éradiquer le virus, la piste du traitement qui pourrait sauver des vies. Si, rien de tout cela, débouche sur la fin de l’épidémie, le coronavirus pourrait mourir de sa propre mort et de temps à autre resurgir régulièrement

Bobo

1 Comment
  1. Peguy Ganda 1 mois ago
    Reply

    Merci pour ces différentes informations, ces dernières ont ajouté un plus à ce que nous connaissons sur ce virus et espérons en être informé d’avantages !
    Bon travail Lisapo

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
5 + 23 =


Ça Pourrait Vous Intéresser