Procès 100 jours : le satisfecit des Kinois

Par

Le verdict du procès dit de 100 jours a été prononcé ce samedi 20 juin 2020 par le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, siégeant en chambre foraine à la prison centrale de Makala. A l’issue de cette sentence très attendue par les congolais, Vital Kamerhe, le Directeur de cabinet du chef de l’Etat et l’homme d’affaire libanais Sammih Jammal écopent d’une peine de 20 ans de travaux forcés pour détournement de deniers publics, blanchiment de capitaux et corruption. Interrogés, des Kinois sont satisfaits et croient en l’instauration de l’état de droit en RDC.

Pour Jeancy Muwau, juriste de formation, la justice a convenablement joué sa partition dans ce procès. « Je suis très content du verdict. Je pense que le droit a été dit et le juge a fait son travail en toute impartialité », a-t-il relevé. Aussi, il a noté que, pour une fois, la justice a fait son travail librement. ” Le pouvoir judiciaire a pu travailler en toute liberté. Certes, il y a eu cette histoire avec la Cour constitutionnelle, mais dans l’ensemble ça s’est très bien passé », déclare-t-il soulagé.

Toutefois, Jeancy Muwau reste convaincu que c’est un procès qui doit davantage pousser au changement de mentalités. « S’il y a une leçon à tirer de toute cette histoire, c’est que dans la vie il faut être honnête ». Parlant de Vital Kamerhe, il souligne que « lorsqu’on te confie des hautes fonctions dans ton pays que tu prétends aimer depuis des années, il faut agir en toute honnêteté. Parce que le monsieur a été donneur de leçons pendant des années, il prétendait avoir des principes et des vertus, mais on a vu que ce n’était pas le cas ».

Honnêteté et transparence dans la gestion de la res publica

Comme lui, Jacques Kitengie estime que la grande leçon de ce procès est un message aux acteurs politiques du pays. Cet analyste politique tranche net. « On ne devient pas cadre, membre du gouvernement, haut fonctionnaire à la Présidence ou dans toute autre institution pour s’enrichir scandaleusement, mais pour servir la République. Il faut de la transparence dans la gestion du pays ».

Il retient en outre, que ce procès est inédit dans l’histoire de la RDC. « Depuis que notre pays a accédé à son indépendance, on a jamais enregistré cela. Un haut fonctionnaire de la trempe de Kamerhe, candidat à la présidentielle et Directeur de cabinet du chef de l’Etat en fonction condamné. C’est inédit dans l’histoire de notre pays. Nous pensons qu’il s’agit d’une révolution de notre histoire et de notre justice ».

Procès politisé ?

Cependant, certains notent le caractère politique de l’affaire qui met, tant soit peu, en doute l’impartialité du juge. Ici, Jacques Kitengie est revenu pour rappeler que « si réellement il s’agit d’un état de droit et qu’il n’y a pas eu ingérence politique, c’est un très bon signal pour le décollage de la RDC. Mais s’il y a eu certaines ingérences politiques, c’est tout simplement un mauvais départ ».

Sur la même lancée, L’Or Mupungu constate que « le droit a été au rendez-vous, mais la politique aussi a joué son rôle ». Il pense malgré cela que la RDC est bien parti pour une véritable instauration de l’état de droit. « L’enjeu de ce procès était important puisque maintenant nous marchons vers l’indépendance de la justice », a-t-il signifié.

Pour Scott Mpako, analyste et juriste, le procès a eu un caractère assez expéditif et lugubre qui laisse planer certains doutes sur l’impartialité du juge. Toutefois, conclut-il, “nous sommes bien obligés de nous soumettre à la décision du tribunal. Selon l’adage, dura lex, sed lex ».

Scott reconnait également à travers ce procès que l’état de droit est bien en marche en République démocratique du Congo. « Ce qui est un bon signe pour l’ensemble de la classe politique. Cependant, cet état de droit ne sera effectif que si et seulement la justice est réellement indépendante et impartiale », a-t-il relevé. Tout en soulignant que « la plus grande leçon à retenir est que la RDC est bien déterminée à redorer l’image de sa justice ».

BL

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
21 ⁄ 7 =


Ça Pourrait Vous Intéresser