Célestin Musao Kalombo, Rapporteur de l’Assemblée Nationale : «La Constitution nous interdit de remettre en cause les actes du Chef de l’Etat »

Par

Il n’a jamais été question pour l’Assemblée nationale de bloquer l’exécution des ordonnances du Chef de l’Etat nommant les gestionnaires de la Gécamines et de la SNCC“.

Le rapporteur de l’Assemblée Nationale, Célestin Musao Kalombo est clair à ce sujet et a tenu à le rappeler lundi 10 juin aux médias présents à l’hémicycle.

Celui-ci a tenu le préciser à cause, particulièrement, des “militants” de l’UDPS qui, tôt ce lundi matin, ont pris d’assaut le siège de l’Assemblée Nationale pour manifester leur mécontentement au sujet de la séance plénière du vendredi dernier où les députés ont remis en cause les décisions du Président de la République.

Revenant sur ladite plénière du vendredi 7 juin au cours de laquelle le débat sur les ordonnances du Président de la République, il a tenu à préciser certaines choses.

« Nous savons que le Chef de l’Etat est effectivement irresponsable devant le Parlement. Et ces actes ne peuvent pas faire l’objet des discussions “, a-t-il confirmé. D’ailleurs, M. le rapporteur a tenu à faire remarquer que “chaque député qui avait pris la parole avait plutôt tendance à se poser la question sur l’exécutif, le comportement de l’exécutif qui a abouti à une orientation”.

Et il est formel : ” Personne n’a posé la problématique de pouvoir mettre le Chef de l’Etat en cause parce que la Constitution nous l’interdit. C’était une discussion autour de la gestion des entreprises du Portefeuille. Mais la grande question a été celle de connaître quand est-ce que les membres du gouvernement seront désignés“. Et de conclure : ” C’est un député de l’Opposition qui a soulevé la question en condamnant énergiquement le comportement de la coalition FCC-CACH qui tardait dans les discussions pour que la population puisse avoir un gouvernement “.

Don Boss

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =


Ça Pourrait Vous Intéresser