Gouverneurs élus! Mais par qui ? Et pourquoi ?

Par
Le nouvel “Hôtel de ville ” d’où sortiront les décisions pour le développement de Kinshasa

Pour la majorité des Congolais, il existe un fossé entre les gouvernants et la population. Ce que, par exemple, les Kinois appellent « la république de la Gombe ». Des gens qui ne sont visibles qu’à la télévision, qui vivent dans leurs bureaux climatisés, roulent dans des jeeps 4×4 climatisées sur les quelques portions de route encore en bon état. Si telle est la situation dans une ville comme Kinshasa, imaginez ce qu’il en est dans le Congo profond. Là, nos compatriotes ne savent même pas quelle tête ont les représentants de l’Etat. Et, comme les Kinois, ils se sentent abandonnés à eux-mêmes et sont incapables de donner un sens au mot « gouvernance ».

C’est dans ce contexte que se déroule l’élection des gouverneurs de province selon le calendrier de la CENI. Elus des élus que sont les députés provinciaux, les gouverneurs de province sont donc redevables au souverain primaire, à la population. Mais la réalité est qu’aucun de leurs administrés n’est convaincu de disposer d’un quelconque pouvoir sur son gouverneur. Le fameux souverain primaire est en fait utilisé par les élus comme un marchepied pour accéder au pouvoir. Ensuite, les comptes, on les rend à ceux qui ont le pouvoir de vous faire tomber du poste. Et le souverain primaire n’a plus que ses yeux pour pleurer.

Pour s’en convaincre, il suffit de voir tous les moyens – financiers notamment – que les gouverneurs des législatures passées mettaient en jeu chaque fois que leurs postes étaient menacés. Les députés provinciaux étaient aux petits soins puisque c’est d’eux que dépendait l’issue de chaque vote et le sort du gouverneur. Si ces gouverneurs mettaient le même engagement pour séduire leurs administrés, en exécutant des programmes sociaux et de développement pour leurs juridictions, nos provinces seraient dans un meilleur état que celui dans lequel elles se trouvent aujourd’hui.

Nous aurons donc bientôt de nouveaux gouverneurs élus. Il faudra ensuite que nous nous assurions, en tant que souverains primaires, que nous serons leur priorité. Sinon tout ce processus électoral n’aura été, une fois de plus, qu’une grande arnaque.

NIN

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
23 × 25 =


Ça Pourrait Vous Intéresser