Participation politique des femmes : la Société civile s’engage à renforcer les actions de plaidoyer pour gagner ce pari*

Par

Les organisations de la société civile s’engagent à renforcer les actions de plaidoyer au niveau des autorités et sensibiliser la population à la base, pour faire face à la participation politique des femmes en RDC. L’objectif est de gagner le pari d’une présence de qualité des femmes en politique.

Le Comité National Femme et Développement (CONAFED), une organisation de la Société civile qui milite pour les droits des femmes en République Démocratique du Congo en a fait son cheval de bataille. Selon la Secrétaire permanente de cette structure, la société civile maîtrise bien la situation des populations à force de les accompagner depuis de nombreux années. Elle a réalisé beaucoup d’études et d’analyses sur la situation des femmes, des communes et des entités territoriales. « Ces Ongs ont accompagné les femmes dans la mise en place des plans de développement. Elles connaissent mieux les réalités à la base. Pour la première fois le taux de représentation du genre a atteint 18%. Mais nous n’avons pas encore atteint le seuil de 30% de Beijing et celui de 50% tel que l’exige la loi sur la parité en RDC », a-t-elle fait savoir.

En outre, la société civile s’inquiète aussi de l’organisation des élections locales qui, selon elle, sont de plus en plus hypothétiques. Pourtant elles étaient une opportunité pour les femmes de faire leur apprentissage dans la gouvernance. Actuellement au niveau de la territoriale, il est question des nominations au lieu des élections. « Si le gouvernement tient à ces nominations, nous de la société civile proposons qu’il tienne compte des aspects du genre et reconnaisse l’expertise de la société civile qui maîtrise les problèmes des populations », a-t-elle suggéré.
Au niveau des chefs des partis politiques, il est recommandé que ces derniers alignent plus des femmes dans les programmes de formation de leurs partisans pour que les femmes votent femmes, et qu’elles ne soient pas alignées que comme protocoles, mais aussi comme cadres du parti.

Génie Mulobo

* Cet article s’inscrit dans le cadre du projet initié par Onu Femmes et soutenu par l’ambassade du Pays-Bas en République démocratique du Congo sur l’accompagnement des femmes politiques pour l’amélioration de leur visibilité dans la gestion de la chose publique

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
7 × 20 =


Ça Pourrait Vous Intéresser