in , ,

Face aux arnaques et dégâts de la «banque Lambert», des caisses d'entraide fleurissent

Alors que les tontines mal ficelées, le système de pyramides Ponzi et autres arnaques font des dégâts, des expériences heureuses existent tout de même. Des fonctionnaires d’une institution nationale ont décidé de créer une «caisse» de solidarité. Tout le monde y gagne ; personne ne perd.

Franck Baku, un des bénéficiaires de cette «caisse» raconte: «Nous avons créé cette caisse pour remédier aux effets pervers de la pratique de banque Lambert». Pour rappel, la «banque Lambert» est un système qui consiste à emprunter de l’argent chez des particuliers à rembourser à des taux allant de 30 à 50%. « Des gens ont été ruinés à cause de la banque Lambert. Des vies ont été dévastées ; des salaires hypothéqués des mois durant», explique notre interlocuteur.

Mais alors, comment fonctionne la caisse dont question ? « La caisse est placée sous la coordination du chef de notre service. Nous élisons, chaque année, un caissier. Ce dernier est chargé du recouvrement des mises mensuelles et des créances auprès des emprunteurs membres ou autres non-membres et donc extérieurs au service».

Une organisation bien huilée

Au début de l’année, les membres de la «caisse» se réunissent pour non seulement fixer la hauteur de la mise mais aussi les règles de fonctionnement de la «caisse». «Pour cette année, 40.000fc est le montant fixé comme mise mensuelle. Mais, un membre peut, selon ses moyens ou ses ambitions, avoir deux ou trois mises ou même fixer sa mise mensuelle à 50.000 fc ou plus», indique M.

Franck, qui précise : «Un membre peut emprunter un montant remboursable à la paie, augmenté des intérêts de 10% seulement».

Quant aux personnes extérieures (autres agents de l’institution exclusivement) elles ne peuvent emprunter, selon les disponibilités de la caisse, que si leurs demandes sont couvertes par un membre en règle et acceptées par le chef du service. Il leur est appliqué un taux d’intérêt de 20%. En cas de non-paiement à la paie qui suit, le montant emprunté augmenté des intérêts devient un nouvel emprunt sur lequel est appliqué des intérêts de 20%.

Lire aussi : Tontine sur WhatsApp : Jeu de hasard ou placement rentable ?

Des mesures d’encadrement en cas de non-paiement

En cas de non-paiement étalé sur plusieurs mois, le service prévoit de saisir la division des finances de l’institution pour obtenir un recouvrement forcé de la créance via une retenue sur le salaire de l’emprunteur défaillant. «Jusque-là, nous n’avons pas encore eu à recourir à cette disposition prévue par les statuts de la caisse», assure M. Franck, qui relève tout de même que des cas d’insolvabilité ont été constatés, mais ont fini par se régler sans casses.

Les cotisations mensuelles se font jusqu’à la paie du mois de novembre, ce qui permet au caissier et aux commissaires aux comptes désignés d’apprêter toute la situation pour la rémunération des membres au plus tard le 25 décembre.

Il faut dire que cette caisse est un secours important. Chaque membre reçoit le montant de sa mise mensuelle multiplié par 11 et augmenté des intérêts produits durant l’année. Cette année, chaque membre en règle pourra avoir au minimum 440.000 fc plus les intérêts. Un bon coup de pouce à la veille des fêtes, reconnaît M. Franck, qui précise que la «caisse» apporte également son aide non remboursable aux membres pour des circonstances bien limitées (deuil, mariage notamment).

Plusieurs agents des autres directions de l’institution ont aussi créé leurs propres caisses. D’autres agents cotisent un montant mensuel. Les fonds récoltés permettent au groupe de se procurer des vivres (riz, haricots, huiles, tomates, poissons salés…) à se partager à la fin de l’année.

N’tombo Lukuti

What do you think?

Written by admin

Comments

Leave a Reply

One Ping

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Covid-19 en RDC : 45 nouveaux cas confirmés sur 431 échantillons testés

Tontine sur WhatsApp : Jeu de hasard ou placement rentable ?