in , ,

RDC : Des mesures draconiennes contre la Monusco

À travers une correspondance adressée à la mission de l’organisation des nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), le vice-premier ministre des affaires étrangères, Christophe Lutundula demande l’expulsion de Mathias Gillmann porte-parole de la mission onusienne.

Selon ce communiqué dont une copie est parvenue à notre rédaction, le ministre Christophe Lutundula souligne que le gouvernement congolais considère que la présence de Mathias Gillmann sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle entre les institutions congolaises et la MONUSCO.

« Au regard de l’exacerbation regrettable actuelle des tensions entre la population civile et la MONUSCO particulièrement au Nord-Kivu, tensions dues notamment aux déclarations indelicates et inopportunes du porte-parole de la MONUSCO, Monsieur Mathias Gillmann, le gouvernement de la République démocratique du Congo considère que la présence de ce fonctionnaire sur le territoire national n’est pas de nature à favoriser un climat de confiance mutuelle et de sérénité si indispensable entre les institutions congolaises et la MONUSCO en vue, non seulement du meilleur accomplissement du mandat confié à cette dernière par le conseil de sécurité de l’ONU, mais aussi de faire aboutir le plan de transition aux fins de son retrait définitif de la République démocratique du Congo d’ici à l’horizon 2024 comme convenu », a-t-il fait savoir à la mission Onusienne en RDC.

Au nom du Gouvernement congolais, le ministre Lutundula a invité la mission Onusienne à prendre toutes les dispositions pour que son porte-parole puisse quitter la République Démocratique du Congo et d’accorder toute l’attention pour l’accomplissement de ce dossier.

Elie Ngandu

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

Recrutement à la CENI : Les personnes ayant postulé devront encore patienter (Rapporteur)

Kinshasa : Le gouverneur Ngobila interdit la marche des professeurs