in , ,

RDC : Experts et politiques partagés sur la levée de l’état d’urgence

Après les nouvelles concernant la restructuration dans l’armée et la justice, ce samedi 18 juillet la levée de l’état d’urgence sanitaire a fait parler d’elle notamment à Kinshasa.

Selon le compte-rendu de la 40ème réunion du Conseil des ministres publié ce matin, le Coordonnateur du Secrétariat Technique à la riposte a proposé pour ce qui est de la période à prendre en compte pour l’application totale de la mesure de levée progressive de l’état d’urgence, qu’elle aille du 21 juillet au 07 septembre 2020. Ce temps devrait, de son avis, permettre aux Responsables des secteurs concernés d’apporter les plans d’exécution progressive des mesures et de faire une grande conscientisation dans leurs secteurs.

Il ressort également de cette réunion que la levée de l’état d’urgence nécessite de la faire accompagner des dispositifs contraignants et coercitifs afin de faire observer les gestes barrières et sanitaires appropriés, en particulier, le port obligatoire des masques. Le Ministre de la Santé a rassuré que l’arsenal juridique y relatif sera connu dans les jours qui viennent

Par ailleurs, il a été rapporté ce samedi qu’il s’observe dans quelques provinces, des comportements de chasse des ressortissants « non-originaires », principalement dans les espaces GRAND KATANGA, GRAND EQUATEUR et GRAND BANDUNDU. Le Gouvernement met en garde les initiateurs de ces comportements.

Plus tard en fin de journée, la nouvelle présidente de l’AS V.Club, Mme Bestine Kazadi a pris officiellement ses fonctions, à l’issue de la cérémonie de la remise et remise entre son prédécesseur, le Général Gabriel Amisi ‘‘Tango Four’’, au siège administratif de l’équipe, à Kinshasa.

BL

What do you think?

Edité par

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Déconfinons le passé colonial et ouvrons les ateliers de la mémoire en RDC ! (Tribune)

Bilan du secteur éducatif, 60 ans après : « Aujourd’hui, on a reculé » (Jean-Marie Ntantu-Mey)