Sénat : Thambwe passe, Boshab sacrifié

Par

Plus que la victoire du candidat FCC, Alexis Thambwe Mwamba au perchoir du sénat ce samedi, c’est la défaite d’Evariste Boshab à la première vice-présidence de la chambre haute du parlement qui suscite étonnement et incompréhension.

Les observateurs notent que le tout puissant ancien président de l’assemblée nationale et ministre de l’intérieur et sécurité, grand bonze du Pprd, le parti de Joseph Kabila, est balayé par Samy Badibanga, surgi de nulle part, très téméraire et croyant en son étoile. L’éphémère ancien premier ministre issu des négociations de la cité de l’Union africaine, qui avait coiffé au poteau Vital Kamerhe, a su capitaliser les incohérences, les divisions et le manque de démocratie au sein de la famille politique de l’ex-président de la République. 60 voix pour Samy Badibanga et 44 seulement, pourrait-on dire pour Evariste Boshab, c’est symptomatique du malaise qui affecte le FCC.

Des sénateurs de cette plateforme politique ont donc voté tant pour Modeste Bahati que pour Samy Badibanga. Avec ses 43 voix contre 65 pour Alexis Thambwe Mwamba, le patron de l’Afdc-A a fait, lui aussi, fait vaciller l’édifice FCC. Même s’il n’a pu refaire le coup de Kengo contre She Okitundu en 2007 au même poste, on ne pourra plus considérer Bahati Lukwebo comme quantité négligeable. Il s’impose désormais comme un poids lourd de la scène politique congolaise. Et, il se dit de la majorité parlementaire, ne voulant pas se mouvoir dans le camp de l’opposition.

Quant au FCC, il a intérêt à vite faire boucler la formation du gouvernement. C’est la dernière scène de cette saga politique qui a eu comme début l’échec retentissant d’Emmanuel Ramazani Shadary à l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 et qui s’achève aujourd’hui avec la défaite d’Evariste Boshab à la première vice-présidence du sénat. La sortie du gouvernement sera une autre occasion de déchirement au sein du FCC. Les caciques du FCC qui ne se retrouveront pas dans le gouvernement Sylvestre Ilunga mais qui comptaient continuer à goûter au miel des responsabilités de l’exécutif national vont tempêter. Peut-être pas publiquement au départ, mais ils finiront par demander une redistribution des cartes. Là, ce sera le leadership du « fermier de Kingakati » qui risque d’en prendre un coup, surtout s’il s’avère que sans être de Cap pour le changement de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, Samy Badibanga donne l’impression d’avoir bénéficié en cachette du deal FCC – CACH. Certains ne vont sûrement pas manquer de demander des explications à Nehemie Mwilanya et naturellement à Joseph Kabila.

FMK

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
26 ⁄ 1 =


Ça Pourrait Vous Intéresser