«Acheter ou vendre son véhicule par versement journalier », une pratique à haut risque !

Par

Décriée par les uns et approuvée par les autres, cette pratique est en vogue à Kinshasa. 

 « J’achète mes véhicules à un prix moins cher pour les revendre par contrat, en réalisant une petite marge. C’est vrai que je m’en sors plutôt bien », fait savoir un chauffeur, qui se fait visiblement beaucoup d’argent en se livrant à ce genre de commerce. 

Comme lui, beaucoup de gens se sont enrichis, alors que d’autres se sont ruinés. « Le contrat d’achat d’un véhicule se passe entre le vendeur et l’acheteur. Les deux parties doivent l’honorer », souligne Jean Papy Tshiyoyi, un vendeur Kinois.  En quoi consiste cette pratique ? « Quelqu’un achète par exemple sa voiture à 5 000 USD, il va chercher à la revendre à un chauffeur par contrat à 7 000 USD par exemple. Vous, vous établissez un contrat qui stipule que le chauffeur-acheteur va verser de manière hebdomadaire la somme de 100 dollars pendant une année et demi (18 mois). A la fin de cette période impartie, le chauffeur devient propriétaire… dans le meilleur des cas ! Mais si par malheur le véhicule connait un problème, naissent alors les incompréhensions ». 

Vendre une voiture de cette façon, crée très souvent un différend entre vendeur et acheteur (chauffeur). D’autant que, celui qui achète et se trouvant sous le contrat, peut connaitre un évènement imprévu allant en sa défaveur au bout d’un temps : un accident de circulation peut faire en sorte qu’il ne soit plus en mesure d’honorer ledit contrat et payer ses échéances. C’est ce qui est arrivé à Ilunga José : « J’ai connu un problème avec la vente d’un véhicule de la marque IST Ketch par contrat. Un jour, alors que j’attendais tranquillement le chauffeur comme d’habitude pour récupérer mon argent à la fin de la semaine, j’apprends qu’il avait connu un accident… ma voiture était en très mauvais état ; lui-même, le Chauffeur, arrêté par la police. J’ai dû débourser de l’argent pour le sortir de sa situation… ». 

Depuis ce malheur, Ilunga José préfère confier sa voiture à un chauffeur, recruté par ses soins et qui va effectuer un versement journalier. Il préfère rester propriétaire de son véhicule que le vendre à crédit pour éviter disputes et tracas. Et, il n’est pas le seul à le faire savoir.   

Don Boss & Ludo Bopey

1 Comment
  1. […] «Acheter ou vendre son véhicule par versement journalier », une pratique à haut risque ! […]

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
12 + 8 =


Ça Pourrait Vous Intéresser