Gouvernement Ilunga: Bahati, Moïse Ekanga et Nehemie Mwilanya bloquent la publication

Par

Une attente longue, très longue, stressante, éprouvante pour les nerfs des ministrables. Scotchés devant leurs téléviseurs, les Congolais ont attendu hier jeudi 22 août, de connaître, enfin, la composition du premier gouvernement de l’ère Félix Tshisekedi. Rien n’est pourtant venu. Sylvestre Ilunga Ilunkamba, premier ministre nommé par le nouveau président de la République le 20 mai dernier, n’aurait même pas présenté sa mouture hier au chef de l’État.

Des sources affirment que le FCC de Joseph Kabila et le CACH de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe négocieraient encore autour de quelques cas jugés délicats. Ik s’agit du poste à accorder à l’Afdc-A de Bahati Lukwebo. Pour le CACH, le sénateur du Sud-Kivu chassé du FCC mériterait bien un poste au regard du poids politique de son regroupement. Le FCC serait par contre opposé à cette éventualité, le gouvernement ne  devant être exclusivement composé que des membres issus de la coalition FCC-CACH. Félix Tshisekedi, lui aussi, ne serait pas disposé à voir dans l’équipe gouvernementale Nehemie Mwilanya et Moïse Ekanga. Le premier actuel coordonnateur du FCC, dernier directeur de cabinet du président Joseph Kabila, aurait été proposé aux Mines tandis que Moïse Ekanga, qui a eu à gérer durant des années le «contrat chinois», devrait occuper les Finances. Ce sont là deux hommes de confiance de l’ancien président Joseph Kabila, dont la présence au sein du gouvernement pourrait être mal perçue par l’opinion publique. D’où la réticence du président Tshisekedi, obligé d’imprimer sa marque plutôt que de faire du neuf avec du vieux.

Le pays est ainsi bloqué, même si des sources affirment que la composition du gouvernement Ilunga Ilunkamba devrait être rapidement connue. «Sans doute aujourd’hui», signale une source bien informée. 
Il est tout de même temps que les deux partenaires arrêtent de s’illustrer aussi négativement. Il est inconcevable que 7 mois après son investiture, le président Félix Tshisekedi ne puisse disposer d’une vraie équipe gouvernementale de pleine gestion. Il lui faudra gérer directement les cas Afdc-A, Mwilanya et Moïse Ekanga sinon c’est son leadership qui en prendra un coup. Après tout, c’est lui le chef de l’État, même s’il doit tenir compte des avis de son «partenaire de l’alternance».

On rappelle que le gouvernement attendu devra présenter son programme à l’assemblée nationale siégeant en session extraordinaire depuis le 19 août dernier, et ce jusqu’au 7 septembre prochain. C’est après l’adoption de ce programme que le gouvernement sera investi par la chambre basse du parlement. Cette dernière sera à nouveau en session ordinaire le 15 septembre prochain, soit 8 jours après la clôture de la présente session extraordinaire.

FMK

Commenter

Your email address will not be published.

Résoudre : *
9 ⁄ 3 =


Ça Pourrait Vous Intéresser